Plans d’austérité européens et monnaie unique

Les plans de rigueur se multiplient sur le continent européen. 

Imaginons que ces tours de vis budgétaires s’effectuent en l’absence de monnaie unique (dans ce cas, chacun des 16 pays qui composent la zone euro retrouve sa monnaie nationale et laisse sa valeur flotter au gré des marchés).

Le bon vieux modèle macroéconomique « Mundell-Fleming » prédit  des dépréciations monétaires en cascade, comme aux riches heures des années trente. Par contagion, l’ensemble des économies européennes s’enfonceraient encore plus dans le marasme économique.

Pourquoi? parce qu’un pays qui diminue sa dépense globale en  restreignant les dépenses publiques provoque une diminution des taux d’intérêt, une sortie nette de capitaux et, en changes flexibles,  une dépréciation de sa monnaie (dans le graphique ci-dessus, c’est-ce qui se passe lorsque la droite IS glisse vers la gauche).

Pour les mêmes raisons, Paul Krugman (qui m’a mis la puce à l’oreille) exprime  son inquiétude quant à l’impact des restrictions budgétaires européennes sur l’économie américaine via la remontée du dollar: « The global transmission of european austérity« ).

D. G

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s