Délocalisation vs émigration

 

« Le Procès » (1962), Orson Welles.

Voici un intéressant papier, signé par deux économistes de l’Organisation internationale du Travail, qui analyse  les  conditions de travail dans les entreprises de service délocalisées aux Philippines.

La main d’oeuvre de ce pays présente de nombreux avantages pour les firmes occidentales qui y transplantent  de plus en plus leurs centres d’appels: un niveau de rémunération attractif, une excellente maîtrise de l’anglais « sans accent » (contrairement aux indiens, dit-on), un faible taux de syndicalisation et, last but not least, une remarquable ardeur au travail.

Tout irait bien dans le meilleur des mondes si ces entreprises n’étaient pas dans l’obligation de proposer des salaires de plus en plus élevés, qui représentent 2 à 3 fois la rémunération moyenne.

En effet, les salariés philippins sont difficiles à stabiliser et à retenir dans ce genre d’emploi.

Les entreprises sont confrontées à des taux de « turn over » importants (40% dans certains sites) qui s’expliquent tout d’abord par la jeunesse des salariés,  ensuite  par le hiatus que ces derniers  constatent entre leur  niveau de formation élevé et le contenu routinier du travail en centre d’appels (problème auquel s’ajoute la contrainte du travail de nuit) enfin, parce que l’émigration offre des perspectives  souvent plus alléchantes.

Ce papier offre une vision dynamique du salariat impliqué dans les phénomènes d’offshoring et une intéressante confrontation entre migrations et délocalisations (le travail en call center est souvent un préalable à  l’émigration des plus qualifiés)

Il attire aussi l’attention sur la contradiction des économies de services qui prétendent embaucher des salariés qualifiés tout en standardisant à outrance les tâches qu’elles leur demandent d’effectuer, phénomène auquel la mondialisation donne plus de relief.

Miriam Bird, Chritoph Ernst, « Offshoring and employement in the developing world: Business process outsourcing in the Philippines« , Employment working paper n°41, OIT, 2009.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s