L’abus d’éxcédents commerciaux nuit à la croissance

Est-il raisonnable de persister dans l’accumulation d’excédents commerciaux?

Quelques arguments généraux suffisent à  contester cela mais il aura fallu attendre le travail empirique d’Abdul Abiad, Daniel Leigh et Mario E. Terrones pour vérifier les vertus d’une croissance plus tournée vers la satisfaction des besoins intérieurs de consommation ou d’investissement.

Ils ont observé 28 cas de retour à l’équilibre des transactions courantes dans les cinquante dernières années.

Les auteurs constatent dans les trois ans qui suivent un gain en termes de croissance (+0,4 points par an) et une amélioration de la productivité globale des facteurs.

L’emploi total progresse grâce à la stimulation des embauches dans les secteurs non exposés qui compense le recul de l’emploi lié à l’exportation.

Les auteurs notent que  les  pays qui ont obtenu les meilleures perfomances ont accompagné l’appréciation de leur taux de change par une stimulation budgétaire.

La stratégie allemande d’excédents massifs et d’austérité salariale n’est peut-être pas l’horizon indépassable de la politique économique.

 D. G

A. Abiad, D. Leigh, M. E. Terrones, « Getting the balance right: transitioning out of sustained current accoint surpluses », World Economic Outlook.

En version abrégée: « Transitioning from large surplus: what are the costs? ». Vox. 17/04/10.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s