Plus de concurrence bancaire=moins de risque systémique

 

« La multiplication récente des compagnies de banque, dans toutes les parts des royaumes unis, événement qui a si fort alarmé beaucoup de gens, bien loin de diminuer la sûreté du public, ne fait que l’augmenter.(…) En tenant ainsi la circulation (monétaire) divisée en plus de branches différentes, elle fait que la faillite de l’une de ces compagnies, événement qui doit arriver dans le cours ordinaire des choses, devient un accident d’une moins dangereuse conséquence pour le public. » A. Smith (1776), La Richesse des Nations, Livre 2, chapitre 2.

Voici un propos qui a inspiré les déclarations de Richard Fisher, l’un des dirigeants de la FED.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s