Inefficaces boycotts

En 2003 le commentateur de Fox News Bill O’Reilly fut très imprudent lorsqu’il prétendit que son appel au boycott des produits français avait été un succès « foudroyant et brutal ». En réalité de foudre il n’y eut point et ceci en dépit d’une très vive tension politique entre les Etats-Unis et la France à propos de la guerre en Irak.

Sur ce boycott qui fit « pschitt » Sophie Meunier a rédigé un article qui interroge le degré d’interaction entre le politique et l’économique dans le domaine commercial.

Les relations économiques transantlantiques n’ont pas du tout souffert des appels réciproques au boycott (voir la démonstration que l’auteure apporte dans un autre  papier ) comme l’indiquent l’évolution des ventes de produits « typiquement français » (vins,fromages, parfums…) et  celle de l’ensemble des flux commerciaux bilatéraux:il apparaît même qu’en pleine crise diplomatique les Etats-Unis ont échangé plus intensément avec la France qu’avec le Royaume-Uni et l’Espagne pourtant associés à l’embardée irakienne.

Meunier avance deux hypothèses principales pour comprendre cette « primauté » de l’économie sur la politique:

-Le contre-pouvoir des groupes de pression: c’est ainsi que la filiale américaine de Sodexho a joué de ses 110 000 emplois sur place pour faire cesser toute velléité parlementaire d’annuler son contrat avec l’armée américaine. Le commerce et la mondialisation des entreprises créent des interdépendances et des mixités qui dissuadent les fauteurs de protectionnisme.

-L’hypothèse du « pare-feu »: à court terme les relations économiques internationales sont insensibles aux querelles politiques en raison de coûts irrévocables dans les contrats commerciaux (effet de mémoire) mais aussi parce que les acteurs se comportent tout simplement comme si, spontanément, ils ne mélangeaient pas les genres (« les affaires sont les affaires »).

L’auteur n’éclaire cependant pas entièrement notre chandelle. Car après tout le coût d’opportunité du boycott était plutôt modéré aux yeux de notre homo oeconomicus incarné :qu’est ce qui empêchait le consommateur américain de bouder les sacs Vuitton au profit d’un Versace et de substituer le gorgonzola au roquefort?

Risquons nous à trois hypothèses complémentaires:

-L’opinion publique américaine était peut-être moins unie qu’il n’y paraîssait: il est probable que des opposants politiques à l’Administration Bush (si mal élue on s’en souvient) aient manifesté leur opinion en reprenant un peu de Bourgogne ou de foie gras.

-Le commerce est un « contact pacifique » (Jean Pierre Vernant) par le truchement duquel on se procure ce qu’une autre société nous semble offrir de meilleur de sorte que les américains ont continué à acheter l’image qu’il se font de notre pays (le pays réel dirait l’autre)

-Une sanction commerciale n’était peut-être pas à la hauteur du préjudice moral qu’ont subi certains américains qui se sentant trahis par les français auraient peut-être trouvé inadéquat de répliquer par une modeste grève du Bordeaux.

Moralité: la mondialisation n’a pas le moins du monde empêché la France de jouer sa partition politique.  Nous pourrons donc continuer à « protester »… tout en étant le deuxième marché mondial le plus rentable pour Mac Donald (dixit S. Meunier).

Quoi de mieux pour un pays qui redoute à ce point les révolutions mais en aime tant le spectacle?

Orley Ashenfelter et alii, « French wine anf the US boycott of 2003:does politics really affect commerce? », Journal of Wine Economics, vol1, spring 2007.

Christina Davis, Sophie Meunier, « Business as usual? Economic response to political tensions« , Princeton, Juillet, 2009.

Sophie Meunier, « Quel est l’impact économique des tensions transatlantiques? », Politique Etrangère, 01 2009.

Sophie  Meunier,  « La mondialisation n’aime pas les boycotts » ,Telos, 14/05/08.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s