Mondialisation social: pour une citoyenneté mondiale

Comment concilier flux migratoires et progrès social? Envoyons ballader les agités de la Nation ainsi que les intégristes du marché et lisons le dernier texte d’Alain Supiot dans lequel il ébauche le projet d’une « citoyenneté sociale mondiale« .

On y découvre l’idée novatrice suivante: plutôt que les ayants droit des travailleurs immigrés aient à quitter leur pays pour prétendre au bénéfice des prestations sociales autorisons le transfert de ces droits dans leur pays d’origine.

Cela offrirait aux familles concernées un choix supplémentaire en matière de localisation, constituerait un apport financier nouveau pour leur pays  et permettrait une sortie par le haut à l’impossible débat qui oppose partisans de l’immigration « choisie » à ceux de la libre circulation des personnes. Qui plus est  « l’exportabilité » des droits  lierait le progrès social dans nombre de pays du Sud à son extension au Nord.

Que ne parle t-on de citoyenneté internationale dans ce débat ô combien pénible sur l »‘identité » nationale…(si nécessaire on se réconfortera également avec cet article de l’écrivain Jean Rouaud paru il y a peu dans les colonnes du Monde)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s