Les fuseaux horaires comptent

Dans un commentaire du post du 9/11, Anne remarquait très justement que la nuit influence fortement le trafic aérien. Probablement avait-elle en tête quelques articles d’économie géographique traitant du rôle des décalages horaires sur les flux réels et financiers. Je saute donc sur l’occasion pour exhumer un papier que j’avais lu il y a quelques temps.

En 2007, Stein et Daube publiaient dans le Journal of International Economics un papier dont le titre est évocateur : « Longitude matters: Time zones and the location of foreign direct investment ». Non seulement les distances comptent mais le fait de franchir des fuseaux horaires diminue le commerce international et les localisations d’IDE. Ainsi une augmentation de 1% des distances diminue plus fortement les IDE (baisse de 0.96%) que le commerce bilatéral (0.9%). En ajoutant aux régressions les fuseaux horaires, ils montrent qu’une différence de 1 heure entre deux zones réduit les stocks d’IDE d’une valeur comprise entre 17 et 26% (suivant les spécifications utilisées) et le commerce bilatéral d’une valeur comprise entre 7 et 11%.
Voici une nouvelle barrière informelle aux échanges qui manifestement joue un rôle économique fort en ne faisant pas que freiner le trafic aérien.

PC

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s