Le capitalisme scandinave est-il l’avenir du capitalisme anglo-saxon?

Actu des papiers

"Allons nous tous devenir des scandinaves?"

C’est l’angoissante question que posent Daron Acemoglu, James A Robinson et Thierry Verdier.

Après avoir bâti un petit modèle, nos trois économistes concluent que le capitalisme sauvage à l’anglo-saxonne ne se convertira pas au capitalisme doux (cuddly capitalism),  avec son cortège de revenus de remplacement,  d’impôts et de temps libre, typiques du Nord de l’Europe.

Les auteurs voient dans la scission des deux capitalismes  un équilibre dont personne n’a intérêt à s’écarter.

Pour le comprendre, il faut considérer la place que chaque modèle économique et social occupe dans  le processus mondial d’innovation.

  • Du côté du capitalisme sauvage (Etats-Unis), on assume le coût social de l’innovation technologique. En effet,  récompenser le goût du risque et les idées nouvelles implique le  démantèlement des mécanismes redistributifs qui pénalisent les innovateurs à succès et ne sanctionnent pas ceux qui échouent.  Les auteurs soulignent le retard des pays scandinaves en termes de brevets par habitant, relativement aux Etats-Unis. Placés sur la frontière technologique (à la pointe de l’innovation), ces derniers n’ont pas intérêt à brider leur dynamisme au nom de la justice sociale. 
  • Du côté du capitalisme doux,  on profite de la diffusion internationale des technologies pour sacrifier un peu de croissance immédiate au bien-être de la population (égalitarisme, loisirs), sans préjudice pour la croissance future puisque les innovations finiront par être  importées depuis le pays leader.

Ainsi donc, parce que l’innovation a un coût social et que la diffusion des technologies permet de jouer les passagers clandestins, les populations du capitalisme doux jouissent de leur modèle social en externalisant les mauvais penchants du capitalisme, tout en exploitant les richesses du capitalisme décomplexé.

Dit autrement, les capitalistes américains  innoveraient à la place des capitalistes européens et l’Etat Providence serait un luxe de pays opportunistes.

De là à dire qu’il faudrait récompenser les Etats-Unis pour leur rôle pionnier, il n’y a qu’un pas.

Les auteurs ne le franchissent pas, toutefois ils s’amusent d’avoir mis à jour un mécanisme d’exploitation du Centre par la Périphérie, diamétralement opposé au schéma tiers-mondiste de naguère.

L’article donne à penser que le modèle social européen a tout à gagner à la diffusion des technologies depuis les Etats-Unis et qu’en restreignant la diffusion des technologies vers le Sud, nos pays y freinent le progrès de l’Etat Providence.

About these ads

6 réflexions sur “Le capitalisme scandinave est-il l’avenir du capitalisme anglo-saxon?

    1. Je n’ai pas précisé, mais c’est le ratio brevets par habitant qui serait défavorable à ces pays (voir l’article des auteurs, page 3).je vais le mentionner dans le billet.
      Toutefois, juger de la capacité d’innovation par ce seul critère est sans doute excessif et les auteurs enterrent bien vite le modèle scandinave.
      Je suis très sceptique sur la plausibilité de leurs conclusions, mais je salue l’originalité.

  1. Autre manque du pays des scandinaves : le nombre de prix Nobel et autres appellations.
    Sauf que, ces gens, très "anglicisés" participent à la fuite des cerveaux …

    Quant à l’étude, "trop facile" oserais-je dire.
    C’est encore une bonne occasion de nuire aux populations locales US pour justifier la "réussite" de quelques uns.
    Ce sont toujours les plus nantis qui expliquent aux autres qu’ils doivent se serrer la ceinture …
    Et puis, de mes anciennes études, il semble me souvenir qu’en libérant les esclaves, Rome a retrouvé une certaine prospérité économique. Il existent d’autres exemples de même types mais là tout de suite, j’ai un trou de mémoire.

  2. C’est en effet une occasion de justifier le retard des USA en termes d’Etat social, ou plutôt d’expliquer que c’est grâce à eux que les autres pays peuvent se payer le luxe de la solidarité.

  3. Tout dépend de comment (et qui) se crée l’innovation technologique.

    Si on se place du point de vue de l’investissement de "boites noires" ou on ne distingue pas d’entrepreneur, oui

    Si on se place du point de vue de l’entrepreneur, le profit est loin d’être la motivation prédominante selon Schumpeter (Et d’autant moins qu’on peut postuler, en termes d’individualisme méthodologique, une utilité marginale décroissante de la richesse). . Ici, le différentiel de "possibilité d’enrichissement" influerait peu sur la volontés de l’entrepreneur.

    Bill Gates aurait il choisit une autre voie si les possibilité d’enrichissement auraient été minorées ?

    Et bien sur il y a la dimension macroéconomique que tout le monde a à l’esprit: sans consommation de masse, et donc une redistribution, il n’est pas sur que l’automobile se soit développée aussi vite.

    1. Oui, c’est intéressant ce que vous dîtes sur Schumpeter. Cet économiste aimait bien les paradoxes. C’était un lecteur de Max Weber qui a montré ce qu’il y avait d’irrationnel (l’éthique protestante, la prédestination) dans le" rationnel" capitaliste (quête d’un profit régulier). Chez Schumpeter les innovateurs, façon Bill Gates, ont des qualités et une psychologie spécifiques. Ils ne sont pas agis essentiellement par la recherche du profit, mais plutôt par une pulsion, un esprit pionnier…motivation extra économique indispensable à la survie du système. Paradoxalement, ce sont leurs imitateurs, à l’affût des moindres occasions de profits, qui contribuent à les faire disparaître en saturant le marché de leurs produits de seconde main.
      Schumpeter pensait que dans une société de loisirs où les individus sont protégés des risques sociaux les entrepreneurs disparaîtraient et avec eux l’innovation (CQFD). On retrouve un peu cette idée dans l’article. D’un côté, les Etats-Unis ouvrent la voie de l’innovation et acceptent le degré de flexibilité et d’inégalité qui va avec, de l’autre les imitateurs européens en profitent pour se la couler douce.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s