La France au 24ième rang du Global Innovation Index

Une étude  propose de classer les nations selon leur degré d‘innovation globale (INSEAD-OMPI, 2012)

Pour calculer le Global Innovation Index (GII), on fait la moyenne simple d’une batterie d’indicateurs dont voici l’organisation générale:

Comme on peut le constater, le système d’innovation est vu comme une machine où entrent des inputs (institutions, R&D, infrastructure…) qui génèrent des outputs (exportations de haute technologies, brevets, consommation de biens culturels…), de sorte que les auteurs estiment le rendement de l’innovation en divisant l’index d’output par celui de l’ input.

Voici le « Top 50″  du GII:

Le graphique ci-dessous permet de visualiser le lien positif entre GII et PIB par habitant (axe horizontal).

Pour chaque pays, l’efficacité du système d’innovation est signalée par une couleur (noir quand tout va bien,  rouge dans le cas inverse).

Nous observons trois constellations: celle des leaders, au firmament de laquelle brillent la Suisse (CH) , la Suède (SE) et Singapour (SG), celle des learners, avec la Chine, l’Inde ou le Vietnam, puis celle des bras cassés, qui s’étire du Soudan à l’Iran et de la Grèce au Qatar.

La France, éternel pays de l’équilibre, se positionne au 24ième rang, tout juste à  l’orée des pays leaders mais avec une efficacité innovatrice meilleure qu’au Japon.

Nous devons ce résultat à la qualité de notre éducation, celle de nos institutions politiques et de nos infrastructures de transport.

Qu’est-ce qui nous empêche de tutoyer l’Allemagne et  les Etats-Unis?

Selon cette étude, le marché du travail ne serait pas assez libéralisé (coût du licenciement jugé trop élevé), la croissance économique trop lente et l’attractivité pour les investissements directs étrangers devrait être reboostée.

Pour les auteurs, le taux d’ouverture aux importations et aux exportations est un indicateur de concurrence et signale un environnement stimulant pour  l’innovation.

Or les scores français les plus calamiteux résident dans la faiblesse des taux d’importations et d’exportations: avec respectivement, 27,8 et 25,5% du PIB, ils correspondent à la moyenne des pays à faible revenu.

Il s’agit d’une erreur de perspective, car les  petits pays étant très ouverts aux échanges, cela les propulse  nécessairement vers le haut du classement,  au détriment des plus grands, dont la France.

Afin de juger du degré de compétition qui règne dans un pays, les auteurs auraient du choisir des indicateurs plus neutres.

Je ne sais si ce genre d’étude fait avancer la science, en revanche  l’art du graphique vit certainement un âge d’or.

About these ads

14 réflexions sur “La France au 24ième rang du Global Innovation Index

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s